Qui est Lizzo, le nouveau visage pop du féminisme ?

Huit nominations aux Grammy, énième succès de la chanteuse qui parle dans ses textes de la positivité corporelle, de l’acceptation et de l’indépendance des femmes. Et sur les questions sociales, elle se moque de la haine.

Critiqué jusqu’à récemment pour avoir récompensé des stars déjà célèbres et de grands noms du rock au détriment des plus jeunes, Grammy continue sur la voie du changement avec la dernière vague de nominations qui reflète l’avant-garde des différentes pop, jeunes et femmes. Lizzo, nouvelle chanteuse pop charismatique et rappeuse R&B inconnue du grand public jusqu’en 2018, a remporté huit nominations, dont celle de la chanson et de l’album de l’année, ainsi que celle du meilleur nouvel artiste. Après avoir lutté avec les problèmes de surpoids et en avoir fait une raison d’être en devenant le porte-drapeau de la positivité et de l’acceptation, elle s’est établie sur la scène grâce à ses succès Juice and Truth Hurts. En tant qu’actrice grâce à sa participation à la comédie The Girls of Wall Street avec Jennifer Lopez. Et en tant que visage du féminisme pop.

Pendant ce temps, grâce à ses textes qui touchent à des questions telles que l’indépendance féminine (Truth Hurts), clairement la positivité du corps (Good as Hell and Juice) et la fierté d’être une femme noire. Bref, un mélange parfait pour ce qu’on appelle la quatrième vague du féminisme : une vague qui n’est pas emprisonnée par des stéréotypes et qui ne supplie pas d’être aimée, mais qui la commande.

ACTIVISTE SUR SCÈNE

Son activisme se reflète aussi dans les choix stylistiques qu’il fait sur scène. Parmi toutes les performances aux MTV Video Music Awards 2019 où elle a décidé de mettre sous les feux de la rampe avec ses six danseuses noires, au corps normal ou abondant, en collants coupés spécialement pour faire ressortir leurs côtés b loin, sinon loin, des canons classiques.

Un moyen d’attirer l’attention des médias ? Probablement. Mais ce qui compte, c’est le message qui a été transmis. Parce que ” utiliser ” les femmes, quelle que soit leur apparence, non seulement brise le plafond de cristal fait de stéréotypes dans lesquels ceux qui se produisent (et pas seulement) sont emprisonnés, mais crie au monde : ” Oui, de vraies filles peuvent danser. Et oui, on se fiche de nos corps pas si parfaits.

POUR CERTAINES FÉMINISTES, IL A TORT, MAIS CE SONT ELLES QUI ONT TORT

Pourtant, certaines féministes n’ont pas saisi sa force. La jeune femme de 31 ans a fait l’objet de nombreuses critiques. L’accusation principale est qu’elle se prend pour un objet, mettant la musique à l’arrière-plan. Comme l’explique Odissey Jessica Dodge, si Lizzo était une femme blanche et mince, personne ne serait contrarié par les messages qu’elle envoie ou par ses vêtements.

“Les femmes qui détestent les femmes, ce que le mouvement vise à prévenir “, poursuit la journaliste dans son éditorial en rappelant également comment la positivité corporelle peut s’exprimer de différentes manières : ” Certaines personnes se sentent plus fortes en se couvrant, d’autres se sentent puissantes en montrant leur peau. Les deux méthodes sont valides. Parce qu’il ne vaut plus la conviction bigotée que la nudité féminine se nourrit du regard masculin ou fait objecter les femmes. C’est une ancienne structure mentale basée sur l’idée que leur corps est sexuel. Les photos dévoilées que l’artiste publie, peu importe qui les déteste, montrent aux fans que leurs formes ne sont pas dégoûtantes, sexuelles ou dont il faut avoir honte.