Miley Cyrus est une féministe

Fait elle une dépression nerveuse ? Elle est droguée ? Elle est devenue lesbienne ? Ce ne sont là que quelques-uns des titres qui ont été tournés à la télévision, dans les journaux et sur le web à l’époque de Bangerz de Miley Cyrus, qui avait 27 ans le 22 novembre 2019. Si vous ne vous en souvenez pas, parlons de 2013, l’année où il a fait le tour du monde à moitié nu avec un hot dog. L’année de chansons comme We can’t stop et Wrecking ball, l’année où l’ancienne Hannah Montana a transformé twerking en quelque chose de mainstream, elle a coupé ses cheveux courts, etc. Mais devenait-elle vraiment folle, ou faisait-elle juste des choses que d’autres n’avaient pas encore osé faire en disant une grosse merde aux normes féminines imposées par la société ? Elle a admis candidement qu’à ce moment-là, elle était devenue “un peu folle”. Mais il n’y a pas que ça. Parce qu’en 2019, Miley est toujours elle. Il suffit d’écouter le single Mother’s Daughter, que l’on peut appeler sereinement un hymne féministe. Comme le reste de la vidéo du lit de camp, plein d’activistes.

“Ne plaisante pas avec ma liberté, je suis de retour pour être plus forte, je suis mauvaise, je suis méchante, je suis méchante, ça doit être quelque chose dans l’eau ou que je suis la fille de ma mère”, chante-t-elle en portant un costume en latex rouge orné de dents vaginales. “Oh, mon Dieu, elle a eu le pouvoir”, poursuit-elle dans le clip qui est en fait un aperçu de toutes les batailles pour les droits civiques que la chanteuse défend depuis des années (à partir le twerking). Du féminisme témoigné par des slogans tels que “Chaque femme est une révolte” et “Command my body” qui font référence au mouvement FEMEN. Passons maintenant à l’autonomie corporelle : à cette époque, elle s’opposait aux lois restrictives sur l’avortement qui commençaient à faire fureur aux États-Unis. Et encore des thèmes tels que la positivité corporelle et les droits de la communauté LGBTQ+ dans laquelle elle est officiellement entrée après avoir déclaré être pansexuelle.

“JE DIS AUX FEMMES DE N’AVOIR PEUR DE RIEN.”

Bref, rien n’a changé depuis 2013. À l’époque, certains collègues l’avaient critiqué. Demandez à Sinead O’Connor que, dans une lettre ouverte, elle s’inquiétait de son changement de style, qu’elle trouvait trop ” forcé ” et dicté par les règles du disque. La chanteuse de Nothing compare 2 U affirme que les danses et les poses de Miley sont un signe supplémentaire de l’exploitation du corps féminin dans le show business.

Des réflexions similaires se sont multipliées après sa performance avec Robin Thicke aux Video Music Awards de MTV cette année-là. Pour beaucoup, c’était scandaleux, pour d’autres c’était embarrassant, pour d’autres c’était ridicule. Une offense à la dignité des femmes. Mais elle a renvoyé les sermons : “Je me considère comme l’une des plus grandes féministes parce que je dis aux femmes de n’avoir peur de rien. En effet, son activisme fait partie de ce qu’on appelle le féminisme de la ” quatrième génération “, celui de nos jours où d’autres artistes comme Lizzo ont également été impliqués au fil des ans. Un activisme selon lequel la sexualité ne doit pas être cachée. Tu peux te déshabiller pour être respecté.

LA DÉNONCIATION DU “DEUX POIDS, DEUX MESURES”.

Et toutes les critiques de ses outifits à l’époque de Bangerz devraient nous faire réfléchir. Comme elle le faisait remarquer à l’époque, les insultes qu’elle recevait de la part des hommes et des femmes montraient qu’il existait encore une sorte de “deux poids, deux mesures” en ce qui concerne l’image masculine et féminine. C’était inacceptable pour elle car elle soutenait la campagne #FreetheNipples contre la censure des mamelons des femmes. Une bataille qui, en 2015, a également conduit à Jimmy Kimmel où elle s’est présentée en portant une cape et des protège-tétons qui ont laissé ses seins visiblement en évidence. Traduit en termes féministes : si un plastron masculin ne suscite pas de scandale, un plastron féminin ne devrait pas non plus.

PAS DE HONTE POUR LES VICTIMES

Une autre lutte que l’interprète de Younger mène depuis des années est celle contre l’humiliation des victimes. C’est-à-dire, l’idée qu’une femme doit se protéger de la violence et des avances non désirées, en essayant de maintenir une attitude modérée et timide et des vêtements. Mais l’idée que ce sont les filles qui doivent contrôler leur propre façon de poser, au lieu des hommes, est complètement fausse. Une lutte qui est devenue de plus en plus d’actualité avec l’avènement du mouvement #MeToo.

UNE FONDATION POUR AIDER LES MINORITÉS

Enfin, Miley est activement engagée sur plusieurs fronts. Ce n’est un secret pour personne, par exemple, qu’elle aime les animaux (elle a beaucoup de chiens) et l’environnement. Mais surtout en 2014, elle a fondé la Happy Hippie Foundation, un organisme à but non lucratif qui vise à accueillir et à aider les adolescents et les jeunes dans le besoin ou sans abri, appartenant en particulier à la communauté LGBTQ et autres minorités vulnérables.