La reine Elizabeth, une icône féministe

La provocation a été lancée par Olivia Colman, qui la joue dans la série The Crown de Netflix. Ce sont les raisons pour lesquelles elle a peut-être raison.

La reine Elizabeth ? Une “femme extraordinaire” et une “féministe définitive”. Olivia Colman, qui a joué son rôle dans la troisième saison de The Crown, où les événements de la famille royale entre 1964 et 1977 sont relatés, a déclaré lors d’une interview : “Elle est le chef de la famille. C’est elle qui est sur nos pièces de monnaie et nos billets de banque. Le prince Philippe doit rester un pas derrière elle. Une grande masque d’estime, celui de l’actrice oscarisée, une “monarchiste de gauche” qui s’avère avoir une réelle admiration pour la reine la plus vivace de l’histoire britannique. Mais Elizabeth II est-elle vraiment une féministe ? La réponse est probablement oui. Voilà pourquoi.

ELLE S’EST ENRÔLÉE PENDANT LA GUERRE

Au cours de la même entrevue, Olivia Colman a rappelé comment Elizabeth II a réparé des voitures pendant la Seconde Guerre mondiale. Quand tu dis ça, c’est pas grand-chose. En fait, elle a fait beaucoup plus : dès l’âge de 18 ans, bien que son père George VI s’y soit opposé, elle s’est enrôlée dans le Service Territorial Auxiliaire, une branche féminine de l’armée britannique. Où, connue sous le numéro d’identification 230873, elle a suivi une formation de chauffeur et de mécanicien : à ce jour, elle est la seule femme de la famille royale à avoir servi dans l’armée.

ELLE A DONNÉ UN COUP DE MAIN AU ROI SAOUDIEN

La passion de la reine pour les voitures, qu’elle mentionne également dans le film La Reine, est bien connue. A cet égard, l’anecdote de l’ancien ambassadeur du Royaume-Uni en Arabie saoudite, Cowper-Coles, sur la visite officielle du roi Abdallah à Balmoral en 1998, est très curieuse (et féministe).

Après le déjeuner, Elizabeth a demandé au souverain saoudien si il voulait visiter le domaine. Il a dit oui et ils sont donc partis avec les deux véhicules tout-terrain mis à disposition : Abdullah et l’interprète ont embarqué dans le premier, l’un devant et l’autre derrière. La reine, par surprise, est montée dans la même jeep, à la place du chauffeur. Elle a démarré le moteur et a commencé à conduire, comme si de rien n’était.

Et pour elle, en fait, c’était comme ça. Pas pour Abdullah, souverain d’un pays où, encore aujourd’hui, les femmes ne peuvent pas prendre le volant seules. Le fait est que la reine a commencé à appuyer sur l’accélérateur, conduisant de plus en plus vite dans les rues étroites du domaine pendant qu’elle continuait à parler, énervant Abdullah, qui à un certain moment, comme l’a dit Cowper-Coles, lui demande de ralentir et se concentrer sur la route.

ELLE EST MEMBRE DE L’INSTITUT DES FEMMES

Un autre signe du féminisme d’Elizabeth II ? En 1943, elle devient membre de l’Institut des femmes, fondé en 1915 pour revitaliser les communautés rurales britanniques en encourageant les femmes à participer davantage à la production alimentaire pendant la Première Guerre mondiale.

L’institution a évidemment changé de nature au fil des décennies, mais la Reine en est également fière, comme elle l’a souligné à l’occasion du centenaire.

ELLE A MODIFIE LA LOI SALIQUE

Durant son règne, Elizabeth II a dû faire face à d’énormes changements. L’une de ces modifications, toutes choses considérées comme récentes et qui ont eu lieu avec son approbation, concernait l’archivage de la Loi Salique, une coutume très ancienne de la Couronne britannique qui consistait à favoriser la lignée masculine de succession au trône, limitant la possibilité pour les femmes d’y accéder uniquement en l’absence de héritiers masculins potentiels. En 1952, en fait, Elizabeth II est devenue reine uniquement parce qu’elle n’avait pas de frères. Ce n’est plus le cas aujourd’hui : le premier-né, mâle ou femelle, est le premier dans la lignée de la succession au trône.

ELLE RAPPELLE ADA LOVELACE SUR INSTAGRAM

La reine a même utilisé Instagram pour diffuser un autre ” indice ” concernant son féminisme. Elle l’a fait en mars 2019, sur le compte officiel de la famille royale, à son premier poste ” signé “.

“Aujourd’hui, lors d’une visite au Musée des sciences, il était intéressant de découvrir une lettre des Archives royales, écrite en 1843 à mon arrière-grand-père le Prince Albert. Charles Babbage, l’un des premiers pionniers de l’informatique au monde, avait conçu la machine différentielle (…) Dans sa lettre à la reine Victoria et au prince Albert, il parle de son invention, la machine analytique, sur la base de laquelle les premiers programmes informatiques ont été créés par Ada Lovelace, une fille de Lord Byron”, vous pouvez lire dans ce courrier. En parlant de Babbage et de ses arrière-grands-parents, la reine Elizabeth a trouvé un moyen de mentionner l’un des nombreux scientifiques ignorés par l’histoire.

ELLE A RENDU NORMALE UNE FEMME AU POUVOIR

Mais l’essence féministe (parfois inconsciente) d’Elisabeth II se trouve peut-être ailleurs, comme l’a fait remarquer la journaliste Emma Barnett dans The Telegraph. Dans le fait, par exemple, d’avoir rendu le genre “non pertinent” dans l’exercice de certaines fonctions : “Couvrir son poste de manière stoïque et avec le plus grand dévouement,